Notre projet

Toute la base de l’action de l’AFPI est conduite par l’objet même de sa constitution. Elle est inscrite dans ses statuts en article II :

« Cette association a pour objet de favoriser le rapprochement des personnes sans emploi Yvelinoises de l’entreprise en leur permettant d’acquérir une expérience professionnelle. 

Pour y parvenir l’association :

Organisera des chantiers (chantier d’insertion, chantier école ou autres…)

Gérera une association intermédiaire proposant des contrats courts à des chômeurs, demandeurs d’emploi, scolaires, étudiants …. 

Négociera des conventions de stage avec des entreprises.

Facilitera l’expérimentation de projets innovants avec divers partenaires.

L’association agit par tous les moyens humains, matériels et financiers à sa disposition dans le cadre de la loi. »

Une association intermédiaire a pour objet en application de l’article L.332-4-16 du code du travail, l’embauche de personnes sans emploi, rencontrant des difficultés sociales et professionnelles, afin de faciliter leur insertion dans le monde du travail en les mettant, à titre onéreux, à la disposition de personnes physiques ou morales dans des conditions dérogatoires du droit commun relatif au travail temporaire. Cette mise à disposition est établie entre l’employeur (AFPI), le bénéficiaire (Salarié), le client. Cela implique que le salarié qui est embauché par l’Association Intermédiaire (AFPI) mais que l’utilisateur est responsable des conditions d’exécution du travail : il doit veiller au respect des règles relatives à la durée du travail, à l’hygiène et à la sécurité, au repos hebdomadaire…. Selon les textes en vigueur :

Textes de référence :

Articles L.5132-7 à L.5132-14 et

Articles R. 5132-22 à R.5132-26 du code du travail,

Décret n° 99-109 du 18 février 1999 (JO du 19 février) modifié en dernier lieu par le décret n° 2005-905 du 2 août 2005 (JO du 4 août).

Les structures de l’insertion par l’activité économique, offrent aux personnes en difficulté recrutées la possibilité de bénéficier, d’une adaptation ou d’une réadaptation à l’activité professionnelle au travers d’une activité de production ou d’une activité d’utilité sociale de nature professionnelle pour une période nécessairement limitée, .

Cette mise à l’emploi s’effectue obligatoirement dans le cadre d’un contrat de travail, dans le souci de favoriser l’accès à la citoyenneté économique et sociale.

Les associations intermédiaires embauchent des personnes en difficulté sur un plan social et professionnel pour faciliter leur insertion en les mettant à disposition d’entreprises, de collectivités locales ou de particuliers (« les utilisateurs »).

Le placement des salariés auprès des utilisateurs s’exerce dans le cadre de la réglementation relative au contrat à durée déterminée dit « d’usage » parce que conclu dans un secteur d’activité défini par décret et pour lequel il est d’usage constant de ne pas recourir au contrat de travail à durée indéterminée en raison de la nature de l’activité exercée et du caractère temporaire de ces emplois (art. D.121-2 du code du Travail).

Pour exercer, l’association signe une convention avec l’état au titre de l’insertion par l’activité économique.

Cette convention prévoit notamment le territoire dans lequel elle intervient.

Le suivi de cette convention et sa reconduction fait l’objet d’un bilan d’activité annuel transmis au Directeur Départemental du travail et de la formation professionnelle.

L’association Intermédiaire intervient généralement en début de parcours d’insertion par un placement en entreprise, dans une association ou une collectivité locale ou encore chez un particulier. La mise à disposition est illimitée chez les particuliers, collectivités locales et les associations mais ne doit pas excéder 480h00 sur 2 ans pour les entreprises. La rémunération est au minimum le taux horaire du SMIC.

L’embauche de son personnel permanent (AFPI) a été effectuée sur la base de l’expérience auprès de ce public, de sa connaissance du territoire et de sa qualification.

L’AFPI n’est pas une entreprise et ne peut s’engager en tant que tel. Les prestations proposées sont obligatoirement sans matériel (sauf accord préalable) et la bonne réalisation des travaux et leur suivi est sous l’unique responsabilité de l’utilisateur qui organise les tâches confiés au personnel mis à sa disposition.

L’AFPI est une Association loi 1901, non soumis à la TVA, tous nos prix sont TTC.

Pour un marché, l’AFPI s’engage à mettre à disposition de son utilisateur du personnel capable d’effectuer les tâches demandées et s’engage à remplacer tout départ ou absence dans les meilleurs délais afin d’honorer les engagements du présent marché.

A l’issue du contrat de travail, l’AFPI s’informe auprès de son utilisateur du nombre d’heures réalisées par le salarié et effectue le paiement des salaires principalement par virement bancaire. En cas de nécessité le paiement peut être effectué par chèque. A la demande motivée du salarié une avance peut être versée par virement, chèque ou espèce. Ce système de rémunération (virement bancaire à l’issue du contrat de travail) a pour avantage de permettre aux salariés en insertion et en difficultés sociales de disposer rapidement de leurs salaires. Le mois suivant le salarié reçoit sa fiche de paye, son attestation Assédic et son certificat de travail.

  1. ROLE DE L’AFPI :

L’accès à l’emploi impose de lever les principaux obstacles à la progression professionnelle de la personne et de mobiliser le candidat en dépit d’éventuelles difficultés personnelles.

L’accompagnement de personnes en difficulté d’insertion sociale et professionnelle suppose la prise en compte de la globalité des problèmes faisant obstacle à une insertion réussie : les difficultés matérielles, psychologiques et sociales.

L’accompagnement social est souvent indispensable pour permettre le maintien en situation de travail et la mise en œuvre d’un véritable parcours d’insertion.

L’accompagnement social peut notamment consister à aider la personne à connaître et faire valoir ses droits (minima sociaux…), à faciliter son accès aux moyens élémentaires d’existence (repas, logement, vêtements…) ou à gérer des problèmes de santé ou de dépendance… Il vise également à rétablir du lien social.

  • Accueillir le public sélectionné : présentation de l’AI, recueil des documents administratifs nécessaires à l’entrée dans l’AI, présentation du contrat de travail, de ses obligations et ses droits, de l’engagement demandé,
  • Evaluation des capacités du demandeur à être mis en situation de travail (prise en compte des difficultés sociales rencontrées, de la mobilité, de la disponibilité),

  • Chaque fin de contrat, l’AFPI remet aux salariés le règlement de leur salaire (virement) pour le contrat de travail effectuée,
  • Travail sur le projet professionnel : un temps de bilan personnel et professionnel individuel est effectué par l’AFPI après chaque contrat de travail : élaboration du Curriculum Vitae avec la mise à jour de toutes les expériences scolaires (stages, travaux d’atelier…), extrascolaires (activités sportives, associatives…), professionnelles (job d’été, bénévolat), formation professionnelle, loisirs. Une attention particulière de valorisation de chaque étape de vie est primordiale pour redynamiser ce public. L’objectif étant de construire avec eux un parcours d’insertion à court et à long terme,
  • Propositions d’actions à mettre en œuvre pour bâtir un parcours d’insertion en lien avec les référents de chaque jeune/adulte,
  • Mise en place d’un suivi du parcours afin de les aider à concrétiser leur projet.

Sur la dimension professionnelle :

Le salarié devra être en mesure de cibler sa priorité emploi ou formation.

Le lien se fera avec le prescripteur afin de travailler dans la continuité de démarches réalisées en amont.

A travers des entretiens réguliers sur la fréquence d’objectifs fixés réalisés il s’agira de :

  • Mettre en place un accompagnement individuel de la personne permettant de desserrer le réseau des contraintes et de pressions afin de le rendre autonome,

  • De développer et mobiliser des ressources personnelles aux travers de démarches organisées et structurées,
  • Concourir à la résolution des difficultés (sociales, familiales, de santé…) par un travail partenarial avec des professionnels compétents,
  • Identifier les ressources sur lesquelles s’appuyer pour faire évoluer une situation et aboutir à une solution professionnelle (emploi/formation).

Les entretiens seront réalisés dans une dynamique d’approche globale de la personne. Pour une meilleure compréhension des personnes accueillies et pour un accompagnement ajusté à leurs besoins, avec la nécessité d’envisager l’ensemble des problématiques auxquelles ils sont confrontés.

De plus,  à travers les entretiens nous devrons établir une relation de confiance afin de favoriser l’échange et la collaboration pour stimuler les rapports sociaux, et valoriser des compétences et leur transversalité dans le contexte des démarches de recherche d’emploi.

L’individualisation :

Que ce soit dans le cadre des suivis individuels ou des démarches de recherche d’emploi, l’attention est toujours centrée sur la personne. Définir des objectifs personnels, respecter ou stimuler le rythme de chaque bénéficiaire et relever les potentialités de chacun sont les préalables indispensables à un travail d’accompagnement et son aboutissement.

Autonomisation :

Il sera nécessaire pour la totale réussite du projet de mener l’individu vers l’autonomie, c’est-à-dire la capacité à s’organiser par et pour lui-même. L’autonomie étant un espace de liberté dans un cadre donné, il conviendra de définir ce cadre comme champ d’action de démarches en direction de l’emploi ou de la formation. Il sera nécessaire que les personnes concernées soient en mesure d’effectuer des démarches sans un « accompagnement physique » mais par un accompagnement dans la stratégie et l’organisation de ces démarches.

Organisation du suivi :

A l’issue du contrat de travail les démarches de suivi commenceront par un entretien bilan basé sur l’évaluation professionnelle. Cela permettra d’évaluer les réelles compétences et appétences professionnelles du salarié et il conviendra de déterminer s’il est proche ou non de l’emploi sur les bases de l’assiduité, de la ponctualité, du comportement, de l’autonomie et de la technicité. Etablir un diagnostic des difficultés et besoins de chacun et si nécessaire établir des liens avec les partenaires compétents.

 Organisation de l’accompagnement :

Ce mode de fonctionnement nous permet d’obtenir de très nombreuses informations sur les démarches en cours et les dernières avancées des salariés. Ainsi, nous devenons une source d’informations pour nos partenaires dans le cadre du travail entrepris au bénéfice des usagers.

Dans le cadre de nos projets l’action d’accompagnement apparaît comme primordiale, elle devra être dynamique et stimulante pour les bénéficiaires mais aussi cadrante et rassurante.

Pour ce faire, la communication entre les partenaires et notamment celle entre l’AFPI et les prescripteurs devra être réalisée dans un esprit de confiance et de réactivité. L’échange d’information en temps réel permettra le cadrage du bénéficiaire et lui évitera ainsi de « s’éparpiller » dans des démarches secondaires.

L’entretien d’embauche quant à lui permet de définir une ligne conductrice qui amènera l’AFPI à dégager des pistes en rapport avec le projet du candidat qui seront utilisées dès le démarrage de l’accompagnement si le projet initial est toujours en adéquation avec le projet post contrat.

Si des difficultés particulières ou nouvelles apparaissent et que celles-ci sont des freins à la réussite des objectifs que nous nous sommes fixés (santé, justice, dettes, famille, administratif…) il nous appartiendra de les résoudre ou le travailler  sur ces problématiques (traitement en interne ou orientation vers les structures compétentes) afin qu’elles n’entravent plus la bonne marche des opérations.

L’AFPI est force de proposition pour les salariés afin de faciliter l’orientation des personnes tout en tenant compte de la dimension d’autonomie préalable indispensable à une insertion socioprofessionnelle réussit.

Pour ce faire, même si l’organisation des démarches est planifiée et préparée en amont, les personnes devront effectuer leurs démarches seules (se rendre à leurs rendez-vous, entretiens…) et être en capacité d’en effectuer un retour auprès de l’AFPI.

L’Association dans la mesure du possible effectuera les vérifications d’usage auprès de ces mêmes structures.

La gestion de l’urgence (proposition d’emploi, test, entretien d’embauche) rendra obligatoire une certaine souplesse dans l’accueil des personnes suivies.

En effet, en fonction des besoins, l’AFPI aménagera des créneaux afin que chacun trouve un lieu adapté et réactif dans une dynamique permanente de réussite. Ces temps, planifiés ou organisés en fonction des besoins permettront la remise à jour de curriculum vitae, la préparation aux entretiens d’embauches, à organiser le trajet ou peut être aussi à rassurer les candidats sous pression.

A la demande, l’AFPI mettra à disposition de chacun les outils nécessaires à ses recherches (téléphones, internet, annonces, presse, informatique…) avec si nécessaire le soutien d’un membre du personnel de l’Association.

L’AFPI adhère au FLES ce qui lui permet de positionner des salariés sur diverses formations ( CACES, LINGUISTIQUE, REMISE A NIVEAU, FORMATION AGENT ENTRETIEN …)

Suivi administratif :

En tant qu’employeur, l’AFPI à l’issue du contrat doit s’assurer que le salarié se verra remettre l’ensemble des documents administratifs découlant de son contrat (fiche de paye, attestation ASSEDIC, certificat de travail).

L’AFPI effectue la déclaration unique d’embauche et transmet à son comptable le nombre d’heures réalisées pour l’élaboration des fiches de paye, elle devra vérifier en retour l’exactitude et la validité de tous les documents. Ils seront ensuite paraphés et envoyés à chaque salarié. Un double de ces documents sera à disposition des salariés à l’AFPI en cas de perte.

 

LES MOYENS HUMAINS

2 Référents insertion : Chargés des entretiens d’embauche, de la constitution des dossiers administratifs, de la signature des contrats de travail. Participe aux comités de sélection et de suivi.

1 secrétaire : Chargé des déclarations uniques d’embauche, du suivi de la transmission et de la vérification des éléments de paye. Du suivi administratif lié à l’embauche des salariés.

1 directeur : Chargé du suivi de la bonne organisation et réalisation du projet, rédaction des bilans, participation au comité de pilotage. Lien avec l’opérateur technique et les services de la ville de Mantes la Jolie.

La mise en commun des trois fonctions précitées ci-dessus permet un travail interactif et complémentaire au bénéfice du dispositif et de ses bénéficiaires. Cette organisation permet un travail et un accueil sur l’ensemble de l’année sans interruption.